News fédé
LES OPERATIONS DE RESTAURATIONS DES COURS D'EAU
10/02/2017

Restauration du ruisseau de Branugues (affluent de la Cère) - 2 ème TRANCHE

 

            Ce ruisseau est aujourd’hui en mauvais état mais présente un fort potentiel pour les espèces piscicoles locales et notamment la truite commune puisqu’il présente un débit intéressant même en période sèche ainsi que des zones favorables à la reproduction de l’espèce. C’est le premier affluent notable en aval des barrages hydroélectrique de Saint-Etienne-Cantalès et Nèpes ce qui en fait un cours d’eau clé pour la dynamique des espèces présentent sur la Cère en aval de ces barrages.

              L’objectif est de limiter le piétinement des berges et du lit des bovins en mettant le lit en défens par la pose de clôture et l’installation de passages à gué et d’abreuvoir. Cette opération constitue une deuxième phase d’un plan global de restauration de ce cours d’eau qui va s’échelonner sur plusieurs années… En 2017, 2,4  km de berges ont été mises en défens et 6 passages à gués ont été créés pour un montant total  de 18 025 euros financés par la Fédération, l'AAPPMA de Laroquebrou, la Fédération Nationale et l'Agence de l'Eau Adour-Garonne.

 

 

RESTAURATION DU RUISSEAU DE LA BEAUTE (BROMME) - 1ère TRANCHE

 

            Le ruisseau de la Beauté, comme l’ensemble des cours d’eau de ce secteur, est avant tout affecté par le piétinement des bovins induisant un colmatage du substrat et la dégradation de la qualité de l’eau. La réalisation de mise en défens des cours d’eau peut permettre rapidement de restaurer leur état et par la même occasion celui des populations piscicoles.

             L’opération a consisté en la mise en défens de 1,4 km de berges. Cette première démarche a également pour objectif de faire prendre conscience localement des enjeux de préservation des milieux aquatiques et de les concilier avec les pratiques agricoles. Ceci est d’autant plus important sur ce secteur qu’aucune démarche de gestion de l’eau à l’échelle du bassin n’est pour l’heure engagée par les collectivités.

              Le montant total de l’opération s’élève à 10 972 euros et est financée par la Fédération, l’AAPPMA de Vic-sur-Cère, la Fédération Nationale et l’Agence de l’Eau Adour-Garonne.