News fédé
LES OPERATIONS DE RESTAURATIONS DES COURS D'EAU
19/01/2018

Restauration de la circulation piscicole sur l’Authre

 

          De nombreux ouvrages présents sur le lit de l’Authre sont infranchissables pour les espèces piscicoles et le transit sédimentaire. Un de ces ouvrages, qui est une ancienne chaussée d’irrigation non utilisée depuis plus de 30 ans totalement infranchissable pour les truites notamment, va être aménagée pour permettre la migration des espèces piscicoles.

         Une étude préalable a l’effacement, nécessaire dans ce cas afin de prévoir les effets d’un effacement total de l’ouvrage et donc de préconiser des mesures d’accompagnement, a été réalisée en 2017. Celle-ci a été confiée au bureau d’étude ECOGEA.

        Cette étude d’un montant de 13188 euros est financée par l’Agence de l’Eau Adour Garonne et la Fédération Départementale.

        L’effacement total de l’ouvrage sera donc réalisé durant l’été 2018.        

               

 

 

Restauration de la circulation piscicole sur l’Anès

 

            Plusieurs ouvrages non utilisés aujourd’hui ont été recensés sur l’Anès aval. Ceux-ci ont un impact indéniable sur la dynamique locale des espèces et notamment la truite commune. Ils empêchent les individus de migrer vers de nombreuses zones favorables à la reproduction observées sur le ruisseau à quelques centaines de mètres de la confluence avec la Rance.

             La Rance présentant un ensablement chronique limitant la productivité des frayères (colmatage) sur son secteur aval, la re-connexion de cet axe avec les affluents représente un enjeu majeur pour le maintien des espèces piscicoles locales. 

             Une démarche a donc été initiée en 2017 afin de supprimer le 1er ouvrage bloquant en aval de l’Anès.

             Une étude préalable a été réalisée par le bureau d’étude ECOGEA. Les travaux sont réalisés en 2 phases :

             Une première phase consistant en la création d’une brèche dans l’ouvrage afin d’évacuer progressivement les sédiments accumulés dans la retenue lors des prochaines crues hivernales,

             Une deuxième phase durant l’été 2018 ou l’ensemble de l’ouvrage sera supprimé, une partie de la berge stabilisée et un point d’abreuvement fixe aménagé.

             L’étude réalisée représente un montant de 18 422 euros financée par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, La Fédération Départementale et la Région.

             Les travaux débutés en 2017 représentent un montant de 32 700 euros financés par les mêmes organismes.